Uitvoeren onderzoek Wat gebeurt er in dit proces?

In document Domeinarchitectuur Research Data Management (pagina 36-40)

10 Proces- en applicatiearchitectuur

10.3 Uitvoeren onderzoek Wat gebeurt er in dit proces?

Parmi les données remarquables des cas cliniques étudiés auparavant, nous observons donc :

 Un équilibre dans la parité des cas : 4 femmes, 4 hommes.  La tranche d’âge des sujets suicidaires de 20 à 63 ans.

 Tous les sujets ont fait une tentative de suicide au moins une fois.  La situation professionnelle souvent précaire avec une grande

fréquence du chômage et des professions manuelles dans la plupart des cas.

 Des situations maritales marquées par une séparation suivie d’une grande solitude.

 Des antécédents psychiatriques dans 40% des cas dont une forte proportion de sujets ayant une dépendance à l’alcool, et des récidives de tentative de suicide entrainant fréquemment des hospitalisations en psychiatrie et des suivis.

 Le lieu familier du geste du suicidant est le plus souvent son domicile.  Un évènement déclenchant est rapporté dans 7 cas sur 8, dont 3 cas

sur 8 correspondaient à des ruptures conjugales.

En faisant une lecture détaillée des dessins de cas cliniques étudiés auparavant, nous observons donc que de tels dessins peuvent par exemple représenter un personnage, parfois de taille réduite dont le tracé peut être flou avec un manque de détails évidents ou bien un trait renforcé sur une partie du corps, certaines parties parfois ombrées ou hachurées. Parfois le dessin peut remplir toute la feuille ou au contraire être rejeté dans un coin, marquant une inhibition. Une personne liée à un environnement triste peut représenter un personnage micro céphalique, sombre, et dont certaines parties du corps sont hachurées.

Par exemple :

 Mme B a renforcé le trait de crayon au niveau des poignets.

 Mme F n’a pas représenté les extrémités des membres et dessine peu de détails. On trouve des omissions au niveau des mains et des pieds. Le dessin est enfantin.

 Mme M a renforcé le trait de crayon au niveau de la bouche et la figure est peu détaillée. Le dessin est enfantin.

 Mme P a isolé ses personnages de taille très réduite dans le haut du coin gauche de la feuille.

 Mr D représente un personnage enfantin : ce dessin représente le patient quand il avait 6 ans avec la marque de la tristesse en rapport

181 avec l’histoire de son passé. La tête du personnage est grossie. L’expression d’un personnage menaçant, méchant ou repoussant sous- entend une extériorisation de haine et d’agressivité.

 Mr S a marqué des hachures sur tout le corps de ses personnages et la taille du personnage est grande.

 Mr T a noirci la partie supérieure de la tête. Le corps du personnage est représenté comme un bloc et sans détails. Il y a une distorsion des membres, des parties du corps comme le cou.

 Mr Y a marqué la base des pieds de ses personnages. La taille du personnage est grande. Le dessin représente un homme imaginaire qui correspond à son père. Les mains se cachent dans les poches.

Parmi les données remarquables des cas cliniques étudiés précédemment, nous recherchons les points communs des indices qui apparaissent souvent.

 Dans la plupart des cas, un des deux dessins représente le sujet lui- même ou un membre proche de son entourage.

 Concernant la mise en page : Le dessin du personnage est souvent centré dans la feuille. Cependant on trouve qu’il a y trois cas sur huit où le dessin du personnage se situe en haut et à gauche de la feuille.  En majorité les dessins sont représentés simplement.

 Les mains et les doigts sont : soit fondus ensemble formant une sorte de grande fleur, soit les doigts au niveau des pieds et des mains sont pointus comme des aiguilles.

 On observe des distorsions et des omissions des parties du corps comme les éléments du visage, les mains, les pieds.

 Les yeux sont souvent vides : yeux sans pupilles. Seul le globe de l’œil est dessiné.

 Dans plusieurs dessins, l’axe médian du corps est renforcé par une rangée de boutons.

 La mise en valeur d’une partie du corps est marquée par des hachures ou un trait renforcé.

 Le trait de dessin est fin, double et discontinu.  L’entretien est souvent marqué par des silences.

A propos du dessin du personnage Machover apporte les significations suivantes : 1. Les hachures ou le trait renforcé signifient que les sujets sont préoccupés par

une obsession, un conflit ou une anxiété.

2. L’axe médian du corps étant révélé par une rangée de boutons tout au long du corps exprime un sentiment de dépendance.

3. Une longueur importante du cou se réfère à un manque de contrôle sur les impulsions du sujet.

182 4. L'expression du visage du personnage est un reflet des émotions actuelles du

sujet.

5. Une augmentation ou une diminution d’une partie du corps par exemple une grosse tête, des extrémités de membres absentes exprime une préoccupation voire une frustration. Par exemple la représentation d’une grande oreille est liée a une préoccupation d’audience.

6. Les parties du corps non représentées prouvent que les fonctions de ces parties sont mal acceptées par le sujet.

7. La taille du personnage petite ou grande exprime l’amplitude d’une évaluation de soi, du sujet sur lui- même.

8. Le trait du dessin du personnage exprime une impulsion latente du sujet par exemple chez la personne dépressive le trait est fin, chez la personne agressive le trait est épais.

Les indices trouvés chez les patients souffrant de dépression, ont les propriétés suivantes.

1. La taille du personnage est petite.

2. Le trait du dessin est soit fin, soit renforcé.

3. Les lignes tracées sont doubles, discontinues ou courbes.

4. Des hachures ou des ombres apparaissent dans certaines parties du dessin. 5. Le dessin n’a pas ou peu de détails.

6. Le personnage est représenté comme un bloc, et manque d’énergie. 7. Le dessin est situé vers la gauche.

8. Le visage du personnage exprime une insatisfaction. 9. Les cheveux sont en désordre.

10. Les yeux vides prouvent un contact difficile avec le monde extérieur.

11. L’omission des bras et des mains révèle une inadaptation, une inadéquation. 12. Les distorsions d’une partie du personnage reflètent une inquiétude ou un

conflit intériorisé dans cette partie du corps. 13. Les jambes et les pieds ne sont pas représentés. 14. la bouche est représentée par un seul trait. 15. Le dessin est enfantin.

En référence aux identifications de l’enfant à travers son dessin, Ada Abraham apporte dans son travail les indices suivants concernant l’agressivité :

1. Bouche agressive : la bouche est dessinée par un trait droit horizontal, les dents sont visibles, la langue est tirée.

183 2. Doigts agressifs : Les doigts sont pointus comme des aiguilles, les ongles sont mis en valeur. Les mains et les doigts sont fondus ensemble et forment une sorte de grande fleur.

3. Pieds agressifs : les pieds sont particulièrement grands et sont pointus, les doigts de pieds sont dessinés. Les pieds sont démesurément grands ou extrêmement petits.

4. Extériorisation de la haine et de l’agressivité : l’expression d’un personnage menaçant, méchant ou repoussant.

Ces critères concernant l’agressivité apparaissent chez les sujets suicidaires étudiés auparavant :

 Dans le dessin de Mme B, les doigts sont pointus comme des aiguilles.  Dans le dessin de Mme F, les doigts sont pointus.

 Dans le dessin de Mme P, les mains et les doigts sont fondus ensemble et forment une sorte de grande fleur.

 Dans le dessin de Mr D, l’extériorisation de la haine et de l’agressivité apparait dans la représentation d’un personnage menaçant.

 Dans le dessin de Mr S, Les doigts sont pointus comme des aiguilles.  Dans le dessin de Mr T, Les mains et les doigts sont fondus ensemble

et forment une sorte de grande fleur.

In document Domeinarchitectuur Research Data Management (pagina 36-40)

GERELATEERDE DOCUMENTEN